Madame D.P. Christelle , 43 ans, consulte en mars 2012 à la demande de son ostéopathe pour des céphalées et des otalgies apparues depuis 3 ans et résistantes aux traitements habituels. Les céphalées occipitales apparaissent en milieu de nuit et durent de 12 à 24 heures, sans qu’on puisse identifier des éléments déclenchants précis. La patiente précise que ces douleurs s’accompagnent de raideur de la nuque et parfois d’otalgies dont la cause ORL a été éliminée. La patiente n’a pas bénéficié de traitement ODF ni d’extraction de dents de sagesse. Elle est assez laxe, sans excès, et pratique la gymnastique. Elle dit présenter « depuis toujours » une limitation d’ouverture buccale et se dit modérément stressée. L’examen de la motilité mandibulaire, qui ne montre pas de ressaut ni bruit articulaire, se fait sans difficulté, avec une amplitude d’ouverture de 40 mm et des mouvements latéraux de 8 mm. On observe en bouche des bridges latéraux mis en place depuis 4 ou 5 ans et qui ont « toujours été inconfortables », ainsi que des traces de morsures de la langue et des lèvres dans la région canine droite. La mandibule est décontractée et un décalage ORC-OIM est facilement observable. Ces éléments peuvent laisser envisager un DAM musculaire.

Une orthèse nocturne mandibulaire de stabilisation en ORC est réalisée pour confirmer ou non ce diagnostic de contracture des muscles masticateurs et peauciers du crâne. Revue dans les semaines suivantes l’orthèse est rééquilibrée au fur et à mesure que le recul mandibulaire s’accentue. Après 6 semaines la position mandibulaire est reproductible, avec ou sans manipulation, sur l’orthèse.

Revue en juin 2012 la situation est confortable et la patiente confirme que la disparition totale des douleurs se maintient. Nous concluons que la position mandibulaire d’OIM était impliquées dans les céphalées et otalgies. Nous demandons à la patiente d’engager le dépôt progressif de son orthèse.

– La démarche clinique vous semble-telle justifiée ?

– L’hypothèse diagnostique proposée vous semble-t-elle scientifiquement acceptable ? Avez vous d’autres suggestions? 

– Pensez vous qu’une équilibration occlusale soit souhaitable ?