Dans le numéro spécial que l’Information Dentaire consacre au congrès de l’ADF, les présidents des différentes sociétés scientifiques sont interrogés pour évoquer leur discipline au sein di congrès.
Jean François Carlier, Président du Collège national d’occlusodontologie, après avoir déploré  l’absence  de « séance spécifiquement dédiée à l’occlusion ou à ses troubles » pose en exergue la question fondamentale de toute la discipline:

« L’occlusion serait-elle devenue négligeable qu’il suffirait d’adopter l’occlusion du patient en arguant du fait qu’elle lui est habituelle? »

Voila la réalité du terrain, qu’il soit universitaire ou de ville. L’occluso est hors CNU, hors nomenclature, hors de l’odontologie.

La première priorité pédagogique et clinique est de faire comprendre que travailler sur l’occlusion habituelle du patient c’est pérenniser tous les dysfonctionnements qu’elle engendre. Mais bien sûr ce n’est pas EBD!