Aucun traitement occlusal ne peut être effectif sans une stabilité des pièces articulaires de l’ATM. A ce titre, l’examen occlusal doit commencer par l’examen des ATMs. L’objectif thérapeutique au niveau articulaire est, comme l’exprime Okeson, « l’obtention d’une position articulaire orthopédiquement stable ». Cette position doit pouvoir permettre aux ATMs de supporter la pression maximale lors de l’activation des muscles élévateurs, sans aucun signe d’inconfort. La représentation la plus courante de l’ATM est une coupe antéro-postérieure passant par le centre du condyle.

Cette vue est insuffisante pour comprendre la réalité physiologique de laRC.

En effet, sur une vue supérieure de l’os mandibulaire, on remarque que les condyles ne sont pas parallèles à l’axe horizontal.

Deux conclusions s’imposent :

1-    L’axe de charnière de rotation entre les deux condyles passe par le pôle médial de chaque condyle.

2-    Le pôle latéral du condyle subit une translation lors d’une rotation pure du corps mandibulaire.

Ces constatations faites au niveau des condyles doivent correspondre avec les observations anatomiques de la fosse articulaire de l’os temporal.

La fosse mandibulaire, en vue inférieure, présente une forme caractéristique, en forme de V dont l’apex se situe médialement. Cette anatomie confirme que l’axe charnière de rotation passe bien par le pôle médial de chaque condyle.

L’ATM est conçue pour résister à de fortes pressions. Les deux condyles servent de points d’appui à la mandibule lors de l’activation des muscles élévateurs. La densité d’os épais, non vascularisé et non innervé est plus forte dans la partie médiale de la fosse mandibulaire, ce qui constitue une zone de résistance à l’application des pressions.

L’éminence temporale forme la partie antérieure de la fosse mandibulaire. Lors de la contraction des muscles élévateurs, et en raison de la légère composante antérieure de la contraction, les condyles sont fermement plaqués contre la partie postérieure de l’éminence temporale (avec l’interposition du disque articulaire). L’éminence temporale et la partie antérieure du condyle sont convexes, ce qui permet d’expliquer la forme biconcave du disque articulaire.

La RC est la position mandibulaire de coaptation condylo-discale lorsque les condyles sont simultanément stabilisés en position haute, antérieure et médiale. Dans cette position, les ATM peuvent supporter la contraction musculaire maximale des muscles élévateurs sans aucun signe d’inconfort.

Lectures conseillées :

–          Okeson JP. Management of TemporomandibularDisorders and Occlusion. St. Louis, MO: Mosby; 1974:111.

–          Nakazazawa K, Hong T, Tatashi J : The anatomic importance of centric relation. Anatomic Atlas of the Temporomandibular Joint, Tokyo, Quintessence, 1991.

 Les illustrations sont extraites de l’ouvrage  de P. E. Dawson : Functional occlusion : from TMJ to smile design – Mosby Elsevier.