Aux patients qui nous contactent sur ce blog pour obtenir des informations concernant leurs cas personnels nous répondons qu’il est difficile de créer des télé-consultations, toujours un peu décevantes pour les lecteurs comme pour les patients. Nous avions cependant exposé le cas d’un patient dont les demandes étaient claires et se prêtaient à la discussion. Nous proposons à nouveau cet exercice pour une internaute dont le cas nous a touché. La parole circule et tous les commentaires seront les bienvenus pourvu qu’ils servent à aider cette patiente (hors de tout contexte commercial).

Madame Laetitia T. 32 ans souffre de douleurs de l’hémiface droite (masséter, ATM, oeil) et de diverses difficultés qu’elle pense en relation: position mandibulaire inconfortable, apparition d’un surplomb antérieur, mouvements mandibulaires récurrents pour débloquer son articulation, et céphalées. Cette situation est apparue après une intervention d’arthroplastie bilatérale réalisée en novembre 2011.

Madame T. est une femme très active, qui dit ne pas souffrir particulièrement de stress, et qui a bénéficié d’un traitement ODF de 1992 à 1995 avec forces extra-orales. Les dents de sagesse ont été extraites sous anesthésie générale en 1998. En 2006 à la suite de son premier accouchement elle remarque l’apparition de ressaut articulaires de l’ATM gauche. Son sommeil est ventral. En juin 2010 elle fait une chute dans un escalier avec trauma crânien et rachidien. Son médecin l’adresse à un stomatologiste qui lui prescrit une gouttière occlusale (qui sera portée en octobre 2010) et une trentaine de séances de kinésithérapie. Sans amélioration. Des examens d’imagerie sont réalisés en 2011. Le compte rendu du scanner précise: « Aspect remanié avec zone de méplat et petite perte de substance intéressant la corticale antéro-médiale du condyle mandibulaire gauche. Condyle mandibulaire droit normal ». Le compte rendu de l’IRM est tout aussi clair: « Luxation méniscale irréductible antérieure et externe gauche associée à un épanchement intra-articulaire; le ménisque reste néanmoins présent et d’aspect morphologique sensiblement normal. Aspect normal de l’ATM droite »

Le chirurgien a alors proposé à la patiente une arthroplastie bilatérale, précisant qu’il était « un spécialiste de la chirurgie maxillo-faciale développant, depuis cinq ans, un procédé unique d’intervention chirurgicale, l’arthroplastie temporomandibulaire, et être le seul de la région à traiter ce type de problème par ce type d’opération ». La patiente fait confiance au chirurgien qui l’opère le 25 novembre 2011. Cette intervention est suivie de 40 séances difficiles de « rééducation fonctionnelle » et des massages par un kinésithérapeute pour tenter d’atténuer les douleurs très vives apparues du coté droit. Le chirurgien interrogé sur ces douleurs conseille « de prendre son mal en patience » et prescrit un traitement médicamenteux, X-prim + ibuprofène + paracétamol + séglor. Devant la persistance des douleurs le chirurgien demande une nouvelle IRM ( juin 2012) dont la conclusion est  » Antépulsion encore incomplète des condyles mandibulaires. Dysfonctionnement à droite avec un ménisque paraissant remanié, peu mobile, aspect un peu identique du coté gauche avec une position également antérieure du ménisque ». Le commentaire du chirurgien est pour le moins flou, disant qu’il ne « voyait pas vraiment d’où les douleurs de l’œil et de l’articulation pouvaient provenir, puisqu’à l’auscultation , il ne semblait pas que l’ATM droite se luxe et que, peut être, il faudrait envisager une nouvelle intervention pour y regarder de plus près »!

La patiente considère qu’au quotidien sa situation ne s’est pas améliorée depuis l’opération, les douleurs qui étaient prédominantes à gauche, avant, étant transférées du coté droit, mais en plus extensives.

« Je ne suis pas résignée, j’ai vraiment envie de retrouver une vie normale, ne plus prendre d’anti-douleurs m’aidant à être patiente avec mes proches qui n’ont pas à subir MES douleurs »

Madame T. retrouvera-t-elle la situation non douloureuse qu’elle connaissait du coté droit avant l’intervention?

Merci de vos questions et commentaires auxquels répondra directement Madame T.