Le cas clinique ( n°33) que j’ai présenté en juillet dernier m’avait permis de recueillir quelques avis interessants.

Mon attitude avait finalement consisté à mettre en place une orthèse visant à détendre la mandibule, portée de nuit uniquement. La patiente partie en vacances n’a été revue que fin septembre après deux séances d’équilibration de son orthèse au début de l’été. Lors de ce contrôle après près de 3 mois d’orthèse, la patiente dit qu’elle supporte bien la gouttière. L’amplitude d’ouverture buccale est améliorée (43mm), les difficultés musculo-squelettiques temporomandibulaires ont disparu; la musculature mandibulaire est très détendue. Cependant, les otalgies sont toujours présentes et les difficultés cervico-rachidiennes inchangées.

Des photos de la situation occlusale en fermeture spontannée, reprises en septembre montrent un recul mandibulaire important.

Je profite de ce blog pour solliciter à nouveau les intervenants qui m’avaient faire part de leurs opinions en juillet:

1- Peut-on estimer que la détente mandibulaire apparue explique à la fois la position mandibualire en recul et la disparition des signes et symptômes de DAM?

2- Peut-on dire que le maintien des signes otologiques et posturaux montre que leurs causes ne sont pas liées aux conditions occluso-mandibulaires? Peut-on en avertir les autres thérapeutes qui suivent cette patiente?

3- Pensez vous utile de réaliser une analyse occlusale pour envisager une équilibration permettant de mettre un terme au port de l’orthèse?

 

Merci de vos conseils et réflexions